Années 70

Entre 1964 et 1975, Lothar Quinte ne créa plus de gouaches, mais uniquement des sérigraphies, qui étaient excellemment vendues dans le monde entier. En 1975, une crise artistique survient lorsque Quinte peint et imprime des motifs circulaires, le groupe d'œuvres «Corona», et les fait même tisser, comme le montre le tapis 11x11mm du Badisches Staatstheater. Il considérait cette forme parfaite comme la perfection de la créativité et voyait ainsi un final dont il ne pouvait plus se libérer. Il a donc fait un voyage de six mois à travers le monde pour se vider la tête à nouveau. Il a recommencé, et sans surprise, avec des gouaches avant que le premier tableau ne réussisse. Maintenant, le papier japonais remplace le papier ingraissable. Le recommencement et d'autant plus un commencement, mais il restait déterminé par les structures qui l'ont formé. Si l'on compare les premières gouaches "Vorhang" avec le nouveau départ en 1976 et les dernières feuilles, on remarque qu'elles sont restées les mêmes, même les pinceaux n'ont pas changé. En ajoutant des couleurs fortes à ses peintures afin de les unifier avec des espaces chromatiques monochromes, il a créé entre 1977 et 1987 une forme programmatique d'images, dont le calme développe un formidable charisme et reste le ténor de base de son travail. Cela ne signifie pas la fin d'autres inventions picturales, comme lorsqu'il a fait couler librement de la peinture à la dérive en parallèle par le haut sur les images dans une spontanéité presque fictive . À partir de 1979, il développe des "Drippingbilder" qui permettent de se souvenir des gestes du début.

 

IMG-7771.jpg
Tapisserie au Badisches Staatstheater de Karlsruhe
1974
Lothar Quinte devant
son oeuvre "Faltbild"
1974
IMG-7770_edited.jpg

COLLECTION D'OEUVRES

Années 70